Goldorak, L’invincible robot des temps nouveaux.

Goldorak prend son envol le 3 Juillet 1978, en diffusant les aventures du géant de fer pendant la période estival sur Antenne 2, Jacqueline Joubert ( responsable de l’unité jeunesse de la deuxième chaine ) ne se doute pas qu’elle va provoquer un véritable raz de marée. Goldorak remporte un succès considérable, pour ne pas dire sans précédent, du jamais vu pour un dessin animé.

Astérohache, Fulguropoing, Cornofulgure … un nouveau vocabulaire envahit bientôt l’imaginaire des cours de récréation. Rythmée par de spectaculaires combats, la série Goldorak s’impose dans les coeurs grâce à son univers fascinant et aux valeurs positives qu’elle défend. Actarus est un prince héroïque dont les idéaux de justice et tolérance inspirent toute une génération.

Goldorak vient rejoindre la bande des héros de la télé en bande dessinée dans Télé Junior en Septembre 1978.  Chaque mois nous retrouvons une aventure du géant de fer librement inspiré du dessin animé, la qualité de la BD varie selon le dessinateur avec une préférence pour les épisodes adaptés par Jorge Domenech qui illustrera aussi les séries Drôles de Dames et Holmes et Yoyo pour le magazine. Voici les deux premiers épisodes proposés en Septembre et Octobre 1978.

Goldorak © Dynamic Planning – Gô Nagai – Tôei Animation – Asatsu – Dynamic Planning / Bande Dessinée © Télé Junior / Septembre –  Octobre 1978.

Publicités

Albator, le nouveau Héros de Récré A2.

Le voilà Albator, avec son bandeau sur l’oeil, avec sa joue balafré, sa cape et ses cheveux dans le vent, sur le pont de son vaisseau l’Atlantis, il à fière allure le corsaire de l’espace prêt à conquérir le coeur de toute une génération. Diffusé en France à partir de Janvier 1980 , Albator, fait parti avec Goldorak et Candy des dessins animés culte de Récré A2.

A l’aube du 31 éme siècle, l’humanité asservie par la technologie des robots vit dans l’opulence et ne voit pas arriver la menace d’invasion de la Terre par les terribles Sylvidres, une race d’humanoïdes végétales aux apparences de femmes. Le Capitaine Albator, incompris de tous et placé au rang de renégat s’aperçoit du grand danger menaçant les terriens et part en direction de l’espace accompagné de son équipage composé par Nausicaa, Alfred, Bebop, Clio et le Docteur Zéro.

Ensemble il lutteront contre la menace des Sylvidres, feront tout,  pour déjouer les plans du Commandant Vilak et protéger  Stellie, la fille de son meilleur ami Toshiro, le concepteur de l’Atlantis. Albator et ses compagnons seront rejoint dans leur lutte par le jeune Ramis, le fils du Professeur Valente tué par les Sylvidres.

Télé Junior, le magazine des héros de la télé nous présente celui qui va avoir la lourde tâche de remplacer Goldorak tandis que Télé 7 Jours, salue l’arrivée du corsaire de l’espace dans son numéro du 12 au 18 Janvier 1980.

Albator connaitra aussi le succès en librairie, les Éditions Dargaud décide de publier les aventures du capitaine corsaire dans un mensuel   » le Journal du Captain Fulgur  » aux côtés d’autres séries de Science fiction tels que  » San Ku Kaï  » et le  » Captain Fulgur  » .

Le scénario écrit par Claude Moliterni , s’inspire plus ou mois librement, de la série animé et les dessins sont signés par le Studio Five Stars regroupant les artistes Pierre Leguen, Christian Gaty, Philippe Luguy, René Deynis et Max Lenvers. Le journal du Captain Fulgur, à été publié de février 1980 à janvier 1981, soit 11 numéros et proposait chaque mois, trois aventures d’Albator.

Le Journal du Captain Fulgur devant servir de magazine de prépublication, Dargaud éditera les aventures d’Albator en bandes-dessinées et huit albums sortiront jusqu’en Janvier 1981. Retrouvons Albator et l’équipage de l’Atlantis dans   » La Planète Creuse  » une aventure inédite du Capitaine corsaire.

Albator © Leiji Matsumoto – Tôei Animation / La Planète Creuse © Dargaud éditeur 1980.

Candy – Candy

C’est Perrette Pradier ( voix de Kate Jackson dans la série Drôle de Dames ) qui nous raconte cette première histoire de Candy. Les illustrations sont signées par Nadine Forster et Maurice Tapiero d’après les personnages originaux de la série. Notre histoire commence un jour de neige, prés du Lac Michigan se trouve un orphelinat, la maison de Pony, où deux femmes généreuses et dévouées s’occupent d’enfants abandonnés.

Candy Candy © Kyôko Mizuki -Yumiko Igarashi – Tôei Animation – Nihon Educat.

TéléTacticiens, à vos postes !

Le 11 Septembre 1982, une toute nouvelle série d’animation arrive dans Récré A2, TéléTactica. Une série d’un nouveau genre qui va nous permettre d’assister les héros grâce à des formes géométriques collées sur l’écran de la télévision. La première émission interactive est née. C’est Albert Champeaux ( déjà à l’origine de Métanie et Zeltron dans Récré A2 ) et Jean-Paul Blondeau qui en sont les créateurs, la réalisation est signée par Olivier Champeaux.

Dès le mois de Juin , Dorothée nous présente les principes de TéléTactica, la présentation continuera pendant tout l’été car il faut être prêt pour la rentrée.

Nous voici projetés dans le futur pour suivre les aventures de Tactimor, Téline et leurs fidèles assistants, les Verts. A bord de leur vaisseau l’Orion ils sont à la recherche des mémoires magnétiques qui contiennent l’histoire de notre civilisation. Tactimor et Téline font partie de la compagnie des corsaires du temps. Leurs assistants sont de drôles de petits personnages tout vert, il y à le Mécano, l’Avertisseur, le navigateur et l’Archéo qui est le savant de l’équipe finissant toujours ces phrases par  » n’é pas « .

L’ équipage de l’Orion dépend du Centre, une base naviguant autour de la Terre, dirigé par un aiguilleur du temps ( Jean-Pierre Chevallier puis Hubert Godon ), c’est lui qui transmet les missions et réceptionne les demandes de l ‘Orion quand ils ont besoin d’assistance et c’est à ce moment là que le téléspectateur ( Le TéléTacticien ) entre en jeu. Pour aider nos amis à accomplir leur mission nous devions coller sur notre écran de télé une forme géométrique appelé  » TéléTac  » soit découpé dans du plastique ou tout simplement à l’aide de la pochette de Télétacs que nous pouvions acheter chez le libraire. Une fois notre TéléTac collé sur l’écran ( il tient grâce à l’électricité statique ), le Centre, transfert les formes pour créer soit un véhicule, un vaisseau ou une cachette, car, Tactimor et Téline ont un ennemi, le redoutable Crodogang.

Crodogang, veut s’emparer des mémoires magnétiques car elle contiennent le savoir, il est aidé par Minor un robot plus bête que méchant et les Malfaisants qui viennent de la même galaxie que les Verts, sauf que ces petits êtres tout noir sont tout le contraire des Verts, toujours prêts pour un mauvais coup.

L’éditeur Greantori, nous propose un numéro hors-série du magazine  » Télé Récré A2 « . TéléTac, pour jouer à TéléTactica, il nous sera très utile pour bien comprendre le fonctionnement de la série. Le magazine nous invite à découvrir les différents personnages et surtout nous offre des patrons pour créer des TéléTacs adaptés à la taille de notre télévision.

TéléTactica © Films Albert Champeaux – Jean-Paul Blondeau productions – Antenne 2.

Goldorak, le Dieu des nouveaux temps.

Un an après le raz de marée Goldorak sur Antenne 2, l’hebdomadaire   » L’Echo de notre Temps  » s’interroge sur le phénomène qui déchaine les passions.

Pour ou contre Goldorak, les avis sont partagés, les enseignants et les parents sont déconcertés, voire exaspérés. les enfants dont il ont la charge joue à Goldorak, dessinent Goldorak , écrivent à Goldorak. Impossible d’y échapper. Mais la vérité ne sors -t-elle pas de la bouche des enfants  » Nous ont aime Goldorak … »

Goldorak © Dynamic Planning – Gô Nagai – Tôei Animation – Asatsu – Dynamic Planning / L’Echo de notre Temps © Juillet 1979

Dorothée, La gloire à 30 ans.

Après le succès de sa comédie musicale   » Pour faire une Chanson   » pendant l’été 1983 sur le Podium RMC et son premier show à 20h30 ( Dorothée, le show diffusé le 24 décembre 1983 ) sur Antenne 2, l’animatrice de Récré A2  fait la couverture de Télé 7 jours qui titre   » Dorothée,  La Gloire à 30 ans  » . Dorothée revient sur sa carrière, sa famille et son couple.

 » Hou, la menteuse, elle est amoureuse  » chante Dorothée. Mais la nouvelle star de la télé n’est pas du tout menteuse, elle est bel et bien amoureuse !   » Mon fiancé est photographe à quand la noce ?  vous verrez bien …  » . Bien calée au fond d’un canapé multicolore, dans son petit appartement, Dorothée ne rêve plus d’un cœur, mais d’une chaumière.  » Je l’imagine anglaise, style maison de poupée. L’ennui, c’est qu’il faudrait la chercher près de Paris ou en province, et je déteste ça ». Pour celle que les enfants ont mis au même rang que Chantal Goya et qui explique volontiers qu’elle a vendu cette année plus de disques que sa  » rivale  » , une vie sans enfants ne peut être une vie :  » Le moment n’est pas encore venu, mais je veux avoir un enfant. Je me vois à la fois mère poule et très sévère sur le plan de l’éducation. Et puis, lorsque je serai mère, je m’occuperai totalement de mon enfant. Adieu   » Récré A2 « . disques, chansons, copains… Ça sera un choix, mais je ne suis pas encore mûre pour ce choix « .

On en revient à la famille sans qui Dorothée ne pourrait pas être heureuse et pour laquelle elle ne sacrifie rien.  »  Il y eu mon père d’abord. Il était très soucieux pour mon avenir. Mais, en souvenir du passé, – il avait souhaité se lancer dans le spectacle – il m’a laissée libre, jugeant même que faire de la scène et de la télé guérirait ma timidité maladive. Maintenant, il a disparu et la famille s’est encore plus resserrée. Nous nous protégeons,peut-être trop.   » Quand on rencontre Dorothée, Eugénie, sa grand-mère, n’est jamais très loin :   » A 83 ans, elle a gardé un côté foldingue dont j’ai hérité. Elle est toujours de bonne humeur. Moi pas !  » Et puis, il y a Jacqueline, la maman de Dorothée, jamais très loin, elle non plus.  » C’est une de mes complices… Quand on a des problèmes, on se téléphone et on se dit tout. Allô Maman Bobo ?… C’est tout à fait ça. Bref, je n’ai pas coupé le cordon ombilical.  » 

Et le fiancé de Dorothée dans tout ça ? Dorothée pouffe comme une gamine…  » Oh lui, c’est lui…  »  et Dorothée n’en dit pas plus, préférant nous présenter son frère François, son aîné de sept ans, documentaliste au CNRS.  »  Il est célibataire comme moi. Nous nous voyons souvent. Je suis toujours sa petite sœur.  »  Et bien sûr, la petite sœur de millions de téléspectateurs.

Télé 7 Jours  © 1984 – Photos J-J Descamps.